CONTRE VENTS ET MAREES

Le projet de « Contre Vents et Marées » asbl

1. Un site d’économie sociale

La volonté des responsables de l’ASBL « Contre Vents et Marées » est de construire un site d’économie sociale privilégiant l’accroche de publics défavorisés voire en désaffiliation sociale dans le sens d’un cumul d’un état de pauvreté (perte d’emploi et pertes financières) et d’un état d’isolement (perte de relations sociales).

En employant le concept d’ « économie sociale », on entend une organisation démocratique de la production qui privilégie le service à la collectivité et aux personnes et pas la capitalisation et le profit privé.

Selon le Conseil Wallon de l’Economie Sociale, ce sont « les activités économiques exercées par des sociétés (principalement des coopératives et des associations, …) dont l’éthique se traduit par les principes suivants :

  • La finalité de services aux membres ou à la collectivité plutôt que le profit
  • L’autonomie de gestion
  • Le processus de décision démocratique
  • La primauté des personnes et du travail sur le capital dans la répartition des revenus.


2. Réhabilitation d’un site d’activité économique désaffecté

Le site du Bon Grain, c’est d’abord un lieu, un espace qui s’inscrit dans une histoire et un environnement donné auquel les différents partenaires vont insuffler un nouveau dynamisme.

Si la cessation d’activité a plongé le site dans une sinistrose ambiante et particulière d’une région en déclin, le projet va lui rendre sa fonction première, celle de l’économie.

Mais plus encore, c’est à une dimension économique au service de l’humain, déclinée de multiples facettes que la réhabilitation totale du site va contribuer : facette versus formation, insertion socioprofessionnelle, diffusion culturelle, éducation permanente, …

Concrètement, l’objectif est de rénover le site : « le Moulin », un des bâtiments l’est déjà aujourd’hui et est opérationnel à 100%).

Mais il reste à rénover tout l’intérieur du bâtiment principal qui occupera :

  • une halte accueil pour les enfants de 0 à 3 ans dont les parents sont dans un processus d’insertion socioprofessionnelle
  • des locaux de formation
  • des locaux administratifs
  • des ateliers de formation et de production
  • une cuisine et un restaurant
  • une salle polyvalente pouvant occuper quelques 80 personnes en configuration «journée d’étude »

Ensuite, il y aura lieu de rénover le bâtiment occupé aujourd’hui par des bureaux à l’entrée du site. Celui-ci permettra la réalisation de 5 ou 6 appartements dont la gestion sera confiée à l’Agence Immobilière Sociale (AIS).


3. Une infrastructure associative transversale

Diverses structures d’éducation permanente, de formation, d’accueil de la petite enfance, d’insertion sociale, … se côtoieront sur le site dans une logique partenariale privilégiant les différents paramètres du parcours d’insertion mais également par le biais d’une transversalité générée par leurs champs d’activités complémentaires. Celles-ci s’articulent autour des pôles suivants :

  • La création d’emplois : la réalisation de notre objectif de rénovation du site va permettre l’émergence d’un nombre important d’emplois sur la commune de Sambreville.

La dynamique du site et la surface nouvelle disponible pour des bureaux et des ateliers, va permettre la création de nouveaux emplois liés à de nouvelles initiatives économiques ou au développement d’initiatives existantes. L’estimation actuelle du nombre d’emplois directs ou indirects générés par l’activité sur le site se situe entre 150 et 200 emplois.

  • La formation : dans les différents métiers du bâtiment, en bureautique, au permis de conduire, en restauration, … telles sont les différentes possibilités de formations et d’emplois proposés aux personnes souhaitant revoir leur parcours professionnel sur le site. Un encadrement socio-pédagogique adapté place la personne (le stagiaire) dans un environnement d’apprentissage professionnel favorable avec les préoccupations docimologiques d’usage. Nous estimons qu’un minimum de 140 personnes seront concernées chaque année.
  • L’insertion socioprofessionnelle : une des finalités du site vise à remettre les personnes précarisées dans un parcours professionnel si cela est possible. Cette dynamique est renforcée par le partenariat et la proximité entre les associations pour rendre le dispositif d’insertion efficient.
  • La production :
    • sur des chantiers réels, encadrés par des professionnels des différents corps de métiers du bâtiment,
    • via le secteur du brico-dépannage ou du jardinage ou encore le secteur de l’entretien chez des personnes privées ou pour des petites ASBL,
    • via la réhabilitation et le recyclage, la réparation et la vente de vélos
    • de même avec les meubles récupérés chez des particuliers
  • la culture : la configuration du site permettra une diffusion culturelle dans différents domaines comme le théâtre (théâtre action notamment), la musique, la photographie, la peinture, le ciné forum, …
  • l’éducation permanente : le site pourra accueillir des groupes divers issus du monde populaire avec qui un bout de chemin sera proposé. Cette route, guidée par la philosophie et la méthodologie de l’éducation populaire doit permettre aux personnes de redevenir acteur de leur vie sociale en reconnaissant leurs capacités, leur savoir et leur potentiel dans une démarche individuelle et collective.
  • Des services :
    • l’accueil de la petite enfance pour des familles qui n’ont pas d’emplois est un enjeu important dans la recherche de l’égalité des chances entre tous les enfants mais aussi pour des parents qui rencontrent la nécessité de souffler un peu et de se mettre en route vers de nouveaux projets qui peuvent être de formation ou de recherche d’emplois.
    • Des services d’aide à la recherche de logements, une équipe de « relai santé » pour accompagner des personnes en souffrance physique ou mentale et isolée, … voilà encore des activités présentes sur le site au service d’une population fragilisée.

Une dynamique partenariale

Au-delà de la proximité géographique, les différentes associations présentes sur le site ont concrétisé leur partenariat en devenant membres de l’asbl « contre Vents et Marées » et en élaborant conjointement une charte.

La cogestion et la participation démocratique guident le fonctionnement de l’asbl et créent les conditions propices au foisonnement d’idées et à l’émergence de projets ou d’initiatives communes telle que la création d’une équipe d’accompagnement social pluridisciplinaire au service des personnes qui participent aux différents projets se trouvant sur le site.

Le site est un espace pluraliste dans son ouverture citoyenne, dans la variété des fonctions et des services rendus et dans sa dimension économique.

Un enjeu pour l’instant où le site sera opérationnel sera d’avoir trouvé les moyens (internes à l’asbl et/ou externes via un subventionnement) pour équiper la démarche d’un personnel compétent qui pourra déployer une dynamique complémentaire, tant à l’intérieur du site que vis-à-vis de l’extérieur.

Le site dans son environnement direct

L’implantation du site au milieu d’un quartier populaire (d’anciennes maisons formant un U et construites par le patronat pour « ses » ouvriers) permettra de créer du lien social entre les habitants et les usagers du site d’économie sociale. Une communication interactive et organisée dans le temps marquera la reconnaissance des uns et des autres.

Par ailleurs, les riverains seront invités à se réapproprier le site en bénéficiant de certaines infrastructures (salle polyvalente, restaurant, …) ou en participant à des activités organisées sur le site.

En suscitant de tels échanges et en développant une animation citoyenne dans le quartier, le site d’économie sociale n’enferme ra pas les partenaires sur le site mais ouvrira les barrières en brassant économie, culture et fêtes …